Clara Morgane (France) – Club Défi 63 – 10/2003 – Interview

0 vues

Interview de l’ancienne Actrice X Française Clara Morgane en Octobre / Novembre 2003 pour le magazine Club Défi.

En un an, cette marseillaise âgée de 20 ans est passée de l’anonymat au vedettariat. Invitée sur les principaux plateaux télé (« Succès », « Tout le monde en parle », feu « Ciel mon mardi »), elle enchaîne les couv’ des magazines (New Look, VSD et aujourd’hui Club Défi). Mais qu’est-ce qu’une belle fille comme ça fait dans le porno ? C’est la question que je lui ai posée. Magnéto…

Lou Wolf pour Club Défi : Pourquoi avoir choisi de tourner des films X ?
Clara Morgane : J’ai rencontré un réalisateur qui m’a inspiré confiance et donné envie de travailler avec lui. Il avait les mêmes idées que moi.

LWCD : C’est-à-dire ?
CM :
Je veux faire du beau et de l’artistique. Malgré le genre « sexe », je veux faire passer des émotions. Les scènes tournées avec une quelconque émotion ne sont pas comparables. Je suis incapable de donner mon corps pour une simulation de sexe. Je jouis réellement. Pour cela, je choisis mes partenaires car je dois avoir un donateur chaleureux. J’en suis le fidèle réceptacle.Bien !

LWCD : Mais, à la base, ça devait être ça, non ?
CM :
À la base ?

LWCD : Ben oui, à la base du métier… Il est vrai que, dans les années 70, les femmes le faisaient plus pour s’éclater que pour faire carrière. Dans quelles conditions prends-tu ton pied ?
CM : Je ne tourne qu’avec Greg. C’est mon ami depuis cinq ans. Comme ça, il n’y a pas de barrières. J’ai un orgasme comme s’il n’y avait personne sur le plateau. Le jour où je devrais tourner avec d’autres partenaires, il faudra qu’ils me plaisent vraiment pour que je prenne du plaisir. Pour moi, une vraie comédienne doit être nature dans les scènes de dialogue comme dans les scènes hard. Je n’ai pas envie de faire du crade parce que je trouve ça laid, tout simplement. Dans mes films, je fais uniquement ce que j’aime faire. Jamais d’anal.

LWCD : En fait, tu veux apporter un peu de sentiment dans l’univers sexuellement codifié du X ?
CM :
Tout à fait. Si je ressens des émotions lors d’une scène de sexe avec mon partenaire, je les exprime sur le champ devant la camé¬ra. Il s’en trouvera certainement plus généreux et abondant. Je ne prends pas mon pied pour le fric. Je le prends pour moi. La scène ne ressemble plus du tout à une vulgaire scène de sexe. C’est du cinéma. Et l’art cinématographique, porno¬graphique ou pas, doit être joué en professionnelle.

LWCD : Le plaisir que tu prends sur un tournage avec Greg est-il le même que celui que tu ressens dans l’intimité ?
CM :
En fait, je ne me revendique pas comme une véritable comédienne, qu’elle soit hard ou pas. Je fais ce que le metteur en scène me demande de faire du mieux que je peux. D’ailleurs, ne me considérant pas vraiment comme une véritable actrice, n’étant à la base qu’une simple danseuse, je joue la comédie comme elle vient. Il m’est impossible, au départ, de simuler des scènes d’amour et de sexe avec mon collaborateur, si je ne ressens rien. De fait, je ne joue pas la comédie. Si je tourne une scène d’amour, je vis réellement ma jouissance. Je m’envoie réellement en l’air. Je suis incapable de me forcer.


LWCD : Pourrais-tu accepter de tourner avec des partenaires imposés ?
CM :
Ma foi, s’il me plaît…

LWCD : Rocco Siffredi, par exemple ?
CM :
Si je devais faire une scène, ce serait avec lan Scott, je le connais depuis quelques années, je l’aime bien et j’aurais pu faire ma vie avec lui.

LWCD : Quand tu as débarqué au salon Hot Vidéo, tu étais déjà branchée cul ?
CM : C’était l’occasion de monter sur Paris pour délirer. C’était rigolo, quoi ! Quand je suis arrivée au salon, j’ai rencontré les producteurs et réalisateurs, qui en profitent pour chercher à faire travailler des jolies filles. J’ai été flattée, réconfortée, d’avoir été repérée en tant que telle. J’ai discuté avec la plupart d’entre eux. Dont Copula. C’est lui qui m’a donné envie de me lancer.

LWCD : Que ressens-tu pour lui ?
CM : Beaucoup de sympathie, de tendresse. Il m’a plu tout de suite. J’ai été mise en confiance. Il était plus humain qu’autre chose. Il a été direct, sans passer par la case photos de charme. La première chose que j’ai faite, c’est la couverture de Hot Vidéo !

Club Défi 63 – 10/2003

CLARA LA BIO X

  • Octobre 2000 : Clara Morgane découvre le salon érotique Hot Vidéo, rencontre Fred Copula et décide de travailler avec lui. Elle signe un contrat d’exclusivité avec Blue One (c’est la deuxième à le faire après Laure Sinclair et Vidéo Marc Dorcel).
  • Février 2001 : Sortie de son premier film « Projet X. Salon Hot Vidéo, premier show, premières dédicaces.
  • Printemps 2001 : Tourne « La Collectionneuse » (sortie en Juin).
  • Été 2001 : Part à Los Angeles pour « Max 2 »
  • Automne 2001 : Sortie du DVD interactif « Faites l’amour avec Clara Morgane ». Le téléspectateur a l’impression qu’elle fait l’amour avec lui parce que ses yeux regardent tout le temps la caméra et qu’il peut choisir la position qu’il veut. Devient la présentatrice du Journal du Hard, tous les premiers samedis du mois, sur Canal +.
  • En projet : Sortie du programme érotique « Les dessous de Clara Morgane ».
De:
Date: mars 23, 2020
Actors: Clara Morgane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 21 =