Paris Porn Film Festival – 2008

0 vues

Retour en 2008 sur la première édition du Paris Porn Film Fest … un festival du film pornographique !!! [NDLR : En fait… pas la toute première édition d’un festival du film pornographique à Paris, puisque du 6 au 12 aôut 1975, quelques semaines après la légalisation du porno en France, Paris avait connu son Festival International du Film Pornographique]

Après Berlin, Athènes et Tokyo qui avaient déjà organisé des éditions de leur Festival du Film Pornographique les années précédentes, le premier Paris Porn Film Fest (.faisant partie du réseau européen des festivals de films pornos), prévu initallement en juillet 2008 puis déprogrammé, s’est tenu finalement au cinéma Le Brady (39, boulevard de Strasbourg, Paris Xe), du 9 au 12 octobre 2008.

Fort du succès des festivals pornos en Europe, l’évènement proposait à l’ère du cybersexe un retour vers les salles obscures pour y célébrer et explorer toutes les formes de sexualités de plaisirs. Il ne s’agissait donc pas d’invoquer le gonzo ou l’industrie, mais plus de découvrir la production alternative et internationale. Des documentaires, des courts, des longs pour des films classiques, expérimentaux, politiques, esthétiques, soft, hard, hétéro, homo, lesbien, bi,  trans…

Affichant une programmation hard interdite au moins de 18 ans, cette manifestation ne cherchait pas à diffuser le tout-venant de la production X, mais des films « expérimentaux, queer, DIY, cultes, post-porn, underground, artistiques… ».

Sur 4 jours, ce sont plus de 50 films qui ont été projetés afin de donner un panorama complet des cultures pornos actuelles. C’est à un jury international composé de « sexperts » (programmateurs, réalisateurs, critiques, acteurs et actrices pornos) qu’est revenu la lourde tâche de remettre le Prix du Meilleur film porno de l’année et le Prix Spécial du jury.

La soirée d’ouverture, sous le signe du sexe gore, a permis de découvrir notamment une parodie de l’Exorciste, The XXXsorcist, de Doug Sarkmann, avec Joanna Angel dans le rôle de la fillette habitée par le diable. Le festival était aussi une occasion de montrer plusieurs films de la star alt-porn Buck Angel, «Female to Male», c’est-à-dire une femme californienne qui s’est fait enlever les seins, s’est dopée aux hormones mâles, bodybuildé(e), tatouée jusqu’à devenir ce macho «qui a une chatte» qui fait exploser les codes de la représentation sexuelle avec des films tels que Buckback Montain ou V for Vagina.

Le Paris Porn Film Fest a présenté aussi Flashporn, de Sandrine Le Levier, dans lequel trois jeunes femmes casquées, armées de leurs godes-ceintures, défient la permanence de l’UMP de Lille en pleine campagne présidentielle !

Interview 08/10/2008 – Marie-Hélène Bourcier : PARIS PORN FESTIVAL 2008

Interview 16/10/2008 – Florian Voros : Paris Porn Film Fest, 2e édition: « Le porno de papa dominant se voit débordé de toutes parts »

De:
Date: décembre 12, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 14 =