Charlotte de Castille (France) – Interview X-Intime – 12/2010

0 vues

Behind-The-Scenes est heureux d’avoir été autorisé à reprendre les articles de feu X-Intime.com, site dédié au X… toujours en ligne, mais non maintenu…. Nous avons la chance de partager cette fois un article de Décembre 2010… Une interview avec la star du X franco-espagnole … Charlotte de Castille !

Dans sa petite tenue ultra sexy de Mère Noël, Charlotte de Castille a illuminé la soirée Hot Video de décembre 2010. Bientôt à l’affiche de Dis-moi que tu m’aimes, le nouveau John B. Root, elle a accepté de nous faire quelques révélations à propos du tournage, et en a profité pour revenir sur sa carrière. L’occasion pour elle et nous de céder à plusieurs crises de rire puisque la belle Charlotte, outre ses capacités de comédienne et ses connaissances cinéphiliques, est aussi une personne fort drôle ! La preuve ci-dessous.

X-Intime – Avant l’interview, tu nous parlais de cinéma traditionnel ?

Charlotte de Castille – Tout à fait, mon rêve serait d’être actrice ou comédienne. Je fais du théâtre depuis que je suis toute petite et tout se passe bien. Si je tombe sur une troupe dans laquelle je me sens bien, je continuerai le théâtre. Mais avec le X, j’ai découvert l’aspect « cinéma « et me trouver devant la caméra me plait énormément. C’est l’aspect cinématographique de mon métier qui me plait. Alors effectivement j’ai fait du gonzo, je ne vais pas le nier, et j’ai aimé ça pour le sexe, mais je préfère être dans une démarche artistique, avec des réalisateurs qui font de belles images, qui ont un parti-pris, et qui donnent du sens à ce qu’ils filment. La vidéo c’est le moyen, mais j’aime lorsqu’il y a un message derrière.

X-Intime – Tu as joué dans quelles pièces ?

Charlotte de Castille – Pour l’instant ça reste très régional, je ne vais pas révéler de quelle région je viens, mais ça reste dans mon coin. J’ai joué notamment dans une pièce de Jean-Michel Ribes l’année dernière, j’avais le rôle d’un personnage qui se noie dans l’alcool, qui est en proie à des hallucinations et j’ai adoré ça. J’ai aussi obtenu un rôle dans une pièce de Tchekov, celui d’une femme torturée, avec un grand monologue à propos de son mari décédé. C’est typiquement le genre de personnage que j’adore, et si je pouvais trouver ça au cinéma, que ce soit dans le X ou pas, ce serait bien.

X-Intime – Tu dis que tu aimerais être comédienne, que ce soit dans le X ou dans un autre type de cinéma. Néanmoins, avais-tu une prédestination pour le porno ou bien était-ce plutôt un hasard ?

Charlotte de Castille – Sans doute un peu des deux : lorsqu’on aime le sexe et que l’on est extravertie et exhibitionniste, le porno vient rapidement. Mais si avant ça je n’avais pas fait des photos, si je n’avais pas obtenu des contacts directs dans le milieu ! En fait, je suis allé sur un site, et il se trouve que Hot Vidéo cherchait des gens pour participer à des castings et je suis tombé un peu dessus par hasard. A la base, je ne travaillais pas devant la caméra mon côté actrice, mon côté cabotin, spécialement dans le but de faire du X.

X-Intime – Pour une actrice, quelle est la différence entre le théâtre, qui permet un contact direct avec le public, et le cinéma où tu joues devant une caméra ?

Charlotte de Castille – Il y a une grosse différence, au théâtre nous sommes dans le live, on ne peut pas mentir ni se louper sur une phrase. Alors qu’au cinéma on peut répéter sa réplique plusieurs fois, avec le risque fréquent de perdre sa spontanéité. D’un autre côté, au cinéma le travail est plus profond et plus on refera la scène, plus on évoluera dans la manière de la jouer. Le X m’a beaucoup apporté pour le théâtre et inversement.

X-Intime – Et le théâtre, ça aide pour jouer des scènes pornos en public, par exemple pendant les salons ?

Charlotte de Castille – Les théâtres érotiques ? J’en ai fait un peu ! Mais ça n’a rien à voir avec le théâtre, on n’a même pas le temps de s’imprégner de quoi que ce soit : les gens sont là, ils ont payé, ils sont installés et ils veulent voir du cul ! A la rigueur, je fais plutôt ça pour moi, on délire avec les acteurs et ça devient de l’éclate sexuelle. Ca n’a rien à voir. Mais j’aime bien ça quand même !

X-Intime – On est très fan de John B. Root, on va encore souler nos lecteurs avec lui, mais il se trouve que tu as tourné dans son nouveau film, qu’on attend comme des malades : Dis-moi que tu m’aimes. Que peux-tu nous dire à ce sujet, on veut tout savoir !

Charlotte de Castille – Déjà, la première chose à dire c’est qu’il y a du travail derrière. Aussi bien de la part de Jean [NDLR : prénom de John B. Root], au niveau du montage, de ce qui a précédé le tournage, on a tous bien bossé et j’ai vraiment adoré faire ce film. C’est même une des rares fois où j’ai eu l’impression de vraiment bosser. Le X me passionne, mais sur ce tournage je me sentais réellement évoluer dans mon travail. Quand il me demandait de refaire une réplique, je sentais bien que ça me permettait d’évoluer dans mon jeu, d’apprendre de nouvelles choses. J’avais un rôle un peu plus long et on m’a donné le temps de le préparer, de mûrir mon personnage. Ça peut paraître prétentieux de dire ça vu qu’on penserait facilement que c’est que du cul, mais non.

X-Intime – Jusqu’à combien de prises es-tu montée pour les scènes de comédie ?

Charlotte de Castille – Je pense que la scène du 4×4 où j’arrive et où je dois courir dans la montagne en hurlant au téléphone, j’ai dû la faire sept ou huit fois. Il n’était pas satisfait de l’image, ou de l’intonation, ou de la lumière, ou bien je ne parlais pas assez fort ! Il y avait toujours une chose à revoir.

X-Intime – Tu nous confirmes donc bien qu’il est chiant, c’est ça ?!

Charlotte de Castille – Disons ! Qu’il est perfectionniste !

X-Intime – Tu t’en tires bien !

Charlotte de Castille – Non mais tous les perfectionnistes sont chiants, s’ils n’étaient pas là on ne bosserait pas. Je vis avec un perfectionniste. Je ne le suis pas moi-même mais quand on l’est derrière moi, il y a du résultat.

X-Intime – Est-ce que tu as une anecdote rigolote à nous raconter à propos du tournage ?

Charlotte de Castille – J’en ai un tas, c’était une expérience humainement et artistiquement géniale ! Mais il y a la scène de la partouze qui était très drôle et qu’on attendait tous. Cette scène a été tournée dans la piscine d’une personne qui vivait là, et cette personne loue sa piscine à des touristes de passage, ce qui apparemment se fait beaucoup en Crête. Du coup, en plein milieu de la partouze, alors qu’on était content de baiser tous ensemble tant l’ambiance entre nous avait été bonne, il y a une grosse allemande qui a débarqué en hurlant, soi-disant qu’elle avait loué le lieu pour la journée ! On était tous morts de rire.

X-Intime – Elle ne vous a pas rejoint ?

Charlotte de Castille – On a tous voulu qu’elle vienne, mais elle a refusé !

X-Intime – Maintenant on va tous attendre la grosse allemande dans le film ! On veut la grosse allemande !

Charlotte de Castille – On lui disait de nager dans la piscine, que ça ne nous dérangeait pas ! Il m’est aussi arrivé d’autres trucs, avec Titof notamment, lors d’une scène qui se déroulait dans les vignes. On était fatigué, on a passé des heures au soleil, et John me demande de faire déguster des tomates à Titof, d’une manière amoureuse et langoureuse vu que lui et moi sommes assez proches dans le film. Or Titof n’aime pas les tomates, ce que je ne savais pas. John me demande alors de frotter la tomate contre ma chatte. Je savais qu’il me demandait de faire semblant mais je l’ai fait d’une manière assez réaliste. Et quand je l’ai donnée à Titof, j’ai constaté qu’il n’aimait pas les tomates. Très professionnellement, il a continué la scène, mais il m’en a voulu, il me disait que j’étais vache de lui avoir fait ça.

X-Intime – Mais une tomate goût chatte, ça ne peut être que bon !

Charlotte de Castille – Je ne sais pas, il faudrait demander à Titof !

X-Intime – C’est marrant, il y a quelques années, alors que ce site n’existait pas encore, on n’aurait jamais imaginé avoir un jour cette conversation !

Charlotte de Castille – Je pense que cette histoire de tomate me suivra longtemps ! John m’a aussi fait faire du quad dans des sentiers, avec mes seins qui sautaient, j’ai adoré.

X-Intime – Tu peux nous parler des séquences chantées ?

Charlotte de Castille – Ah oui, les chansons ! Il fallait bien que ça tombe sur moi, qui ne sais pas chanter, qui n’ai aucun sens du rythme. Il voulait que je chante tout en me faisant enculer parce que j’étais la fofolle du film. C’était assez difficile à faire mais c’était rigolo.

X-Intime – Tu peux nous chanter un petit extrait ?

Charlotte de Castille – Vous devez déjà la connaître par cœur : « Les nanas, c’est mon truc, j’aime ça! »

X-Intime – C’est Un amant, maman ?

Charlotte de Castille – Oui voilà, c’est celle-là ! Euh, non, ça c’est une autre chanson.

X-Intime – On t’écoute ! En plus tu as de la chance car l’interview est écrite et les lecteurs ne t’entendront pas.

Charlotte de Castille – Ah, ça va alors !

X-Intime – Par contre on mettra quand même notre commentaire et notre avis sur tes capacités vocales !

Charlotte de Castille – Ils auraient pu me doubler pour le film, quand même ! Alors ça fait : « L’amour est un oiseau rebelle, que nul ne saurait apprivoiser ! » Ah zut attend, ce n’est pas ça. Alors : « L’amour est un oiseau rebelle, que nul ne sait apprivoiser, celui qu’on vient de refuser ! » [NDLR : il faudra qu’un jour on intègre l’interview au format audio, c’est à mourir de rire !] C’est bien ça ? C’est sur l’air de La Traviata, quelle envolée lyrique en plein enculage ! Non mais franchement, me demander ça !

X-Intime – Tu n’avais jamais chanté en pleine sodomie ?

Charlotte de Castille – Non, habituellement je rigole plutôt pendant les sodomies.

X-Intime – Comment une sodomie peut-elle faire rire ?

Charlotte de Castille – J’étais avec un chéri qui faisait l’andouille, je ne sais pas! Mais je crois que les gens ne s’imaginent pas : le rire, l’éclat de joie, de folie, n’empêche pas le sexe. Ce n’est pas parce qu’on rigole qu’on ne prend pas de plaisir. Au contraire même, je dirais que c’est encore mieux.

X-Intime – Ma femme me dit que faire rire une nana, c’est déjà 50% du boulot effectué !

Charlotte de Castille – C’est vrai, je pense que c’est important de pouvoir rigoler avec la personne.

X-Intime – Moi j’ai du mal avec les 50% restants ! On rigole bien, hein, mais je bloque à 51% !

Charlotte de Castille – Bon, c’est déjà pas mal de faire rire !

X-Intime – Est-ce que tu peux nous parler des autres réalisateurs avec lesquels tu as tourné ?

Charlotte de Castille – Il y a Christian Lavil par exemple, qui est très pointilleux. Celui que j’ai le plus apprécié de lui, c’est Courrier du sexe. Je n’ai fait qu’une scène dedans mais c’était une de mes premières. C’est sur cette scène que je me suis rendu compte que c’était un sacré boulot. En plus il me faisait rire avec ses histoires d’aspirateur. J’ai pu constater qu’il était vraiment à fond dedans. J’ai aussi travaillé avec lui plus récemment sur Bourgeoisie dévoyée, c’était génial aussi car il a bien su trouver en moi le côté sournoise, petite bêcheuse. On ne dirait pas que je peux être comme ça vu que je suis sympa, mais c’était intéressant de travailler ça.

X-Intime – Tu recherches quoi chez un réalisateur ?

Charlotte de Castille – J’aime quand un réalisateur me pousse à aller au bout de moi-même, vers des côtés que je n’aurais pas forcément développé.

X-Intime – Je cherche quel côté tu n’as pas encore développé !

Charlotte de Castille – Les oreilles peut-être !

X-Intime – Ah c’est un scoop ! Tu es encore vierge des oreilles ? Figure-toi que nous aussi !

Charlotte de Castille – C’est fou, ça, qu’il puisse y avoir trois personnes encore vierges ici, dans cet endroit dépravé ! J’aimerais bien trouver un réalisateur qui me fasse travailler mon côté méchant, sorcière.

X-Intime – Avis à tous les réalisateurs qui nous lisent ! Dans Marie Plotteur, il n’y a pas un rôle de sorcière de prévu ? Sinon, c’est quoi ton dernier film ?

Charlotte de Castille – Et bien aujourd’hui j’ai tourné pour JTC un film d’Olivier Lesein qui s’appelle Arrachée au trottoir. Je ne vais pas tout vous dire car nous n’avons pas terminé, mais il y a un peu de comédie et j’ai eu le temps de travailler un rôle. C’est une scène porno mais il y a un fil conducteur avec le reste. Je fais une première scène avec Emy, et une deuxième avec Rico Simmons. C’était bien sympa !

X-Intime – Il est sympa, lui, il n’est pas chiant comme John ?

Charlotte de Castille – Oh ! Mais John n’est pas chiant, il est perfectionniste !

X-Intime – Tu peux nous parler de tes goûts cinématographiques, aussi bien dans le X que dans le traditionnel ?

Charlotte de Castille – J’aime bien un peu tout, avec une prédilection pour le cinéma d’auteur, un cinéma borderline filmé avec des lumières assez intimistes, des plans sur les visages qui nous permettent d’entrer dans l’intimité des gens. J’aime bien Jacques Audiard [NDLR : Un prophète], par exemple. J’aime aussi Tarantino pour son côté trash, les envolées gores. J’aime me trouver face à des images auxquelles je ne m’attends pas, comme dans un film comme 300. J’aime qu’on mêle les styles comme c’est le cas dans Sweeney Todd où il y a des scènes musicales. Johnny Depp, par exemple, ne fait pas des films commerciaux, il ne tourne pas n’importe quoi. Il y a toujours la recherche d’un personnage atypique et niveau image il y a toujours quelque chose de particulier dans ses films. Dans les films X, le dernier que j’ai aimé, c’est Pure. J’ai vu le 2 récemment en plus, et je trouve ça géniale, l’image est travaillée et j’aime bien les trucs un peu sanglants. J’aimerais bien jouer dans des films comme ça.

X-Intime – Quels sont tes projets pour le moment ?

Charlotte de Castille – Là je n’ai pas grand-chose vu qu’il y a les fêtes. J’espère déjà passer une bonne soirée ! Puis d’ici le mois de juin j’aimerais aller aux Etats-Unis. Je vais essayer de m’organiser pour travailler là-bas, découvrir les lieux, les méthodes de travail.

X-Intime – Tu penses avoir fait le tour en France ?

Charlotte de Castille – Je ne sais pas encore, je vais voir ce que l’on me propose d’autre en France. Mais je suis vraiment curieuse d’aller voir ailleurs ce qu’il peut se passer.

X-Intime – As-tu un petit mot pour conclure, quelque chose de gentil ? Ou juste « mais qu’est-ce qu’ils sont lourds, ces deux-là ! «

Charlotte de Castille – « Ah mais qu’est-ce qu’il faut que je leurs dise encore ?! Ils ne vont pas me lâcher ?! » Non, plus sérieusement, un gros bisou à tous mes lecteurs, ainsi qu’à vous aussi, je suis très contente d’avoir fait avec vous cette petite interview.

De:
Date: mai 2, 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 ⁄ 9 =