Loi X : Jack Lang défend le porno (05/12/2011)

0 vues

Publié le 05 Décembre 2011 sur X-Intime.com | Par Anthony S.

Un ministre de la culture qui parle de porno et regrette la loi des finances de 1975 (dite Loi X), c’est rare. Jack Lang a eu l’amabilité d’aborder le sujet à notre demande.

Nous avons eu l’opportunité le 5 Décembre 2011 de discuter avec Jack Lang, ministre de la culture sous François Mitterrand, et d’aborder avec lui le difficile sujet de la loi X, promulguée en 1975 sous le gouvernement Giscard, et sévèrement appliquée dès 1981 par la gauche, comme en témoigne des réalisateurs et distributeurs de l’époque tels que Jean-François Davy ou Francis Mischkind. Pourquoi cette loi scélérate qui, pour faire simple, n’interdit aucunement le porno mais le taxe sévèrement, n’a-t-elle pas été retirée par l’ex-ministre de la culture ?

« J’étais contre cette loi X, et je me suis toujours battu contre elle. Lorsque j’étais ministre de la culture, il n’y a plus eu aucune censure, aucune interdiction de films. Mais c’était une époque difficile, j’ai dû me battre et affronter une levée de boucliers pour abaisser les interdictions de 18 à 16 ans, par exemple, ou pour permettre la sortie de Massacre à la tronçonneuse, Mad Max ou encore Maniac qui étaient eux-aussi classés X.

J’ai tenté de faire retirer cette loi X mais c’était une chose extrêmement difficile contre laquelle beaucoup se seraient battus, y compris dans mon propre camp. Je peux en tout cas vous assurer une chose : aucun réalisateur ne s’est retrouvé en prison, il n’y a pas eu de descente de police. Ou du moins, je n’ai jamais été mis au courant de cela et je ne l’ai certainement jamais ordonné. Ne pas m’être battu plus pour ces films est une chose qui je regrette fortement, nous avons empêché l’éclosion d’un genre et l’émergence de réalisateurs.

En même temps, la loi X n’existe qu’en France mais je ne sais pas s’il y a d’autres pays où il existe une production pornographique de qualité ? J’espère qu’un jour cette loi sera abrogée.

Mais peut-être est-il trop tard !»

Jack Lang – 05/12/2011

Il nous demande alors si quelques bons films pornographiques sont encore produits et nous sautons immédiatement sur l’occasion pour lui parler de Mangez-moi justement. Il nous écoute attentivement, répétant que tout cela est vraiment dommage, avant de nous remercier de ce court échange.

Afin d’approfondir et de compléter le sujet, nous ne saurions trop vous conseiller la lecture de l’indispensable « Censure-moi », de Christophe Bier, ainsi que celle du récent « Histoires du cinéma X » par celles et ceux qui l’ont conçu, produit, interprété et commenté de Jacques Zimmer. On peut aussi se pencher sur les interviews accordées à notre site par MM. Jean-François Davy et Christophe Bier.

We need a new definition of pornography - with consent at the centre
De:
Date: novembre 8, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 5 =