Ovidie (France) vue par Veronique Lefay – 03/2006

0 vues

Ovidie dans le paysage pornographique Français fait figure d’alien, d’actrice atypique. Voici son portrait, finement dessiné par l’actrice / productrice / réalisatrice Véronique Lefay, nous éclaire un peu plus sur ce personnage à part. Portrait établit en Mars 2006

« Mon esprit refuse de marcher sur des semelles usées »

Quand j’ai rencontré Ovidie pour la première fois, elle grignotait des choses de hamster géant : noisettes, amandes, raisins secs, etc…

J’aurais pu penser que son quotient intellectuel avoisinnait celui du rongeur de base mais comme je suis (presque) aussi fûtée qu’elle, je me suis vite rendue compte qu’il n’en était rien, loin de là.

Ovidie est, en fait, une toute jeune femme qui a tellement réfléchi à la condition sexuelle féminine qu’elle en a déduit quelques principes de base.

Pour simplifier (Aïlle Aïlle Aïlle ! je prends des risques : le manichéïsme, ce n’est pas son truc…) on pourrait les énoncer (les principes sus-nommés, vous me suivez ?) de la manière suivante :

  • Ne force pas ton corps à des pratiques dont tu n’as pas envie.
  • Ne boude pas contre ton ventre.
  • Sois toi-même.
  • Aime et respecte tes désirs mais n’utilise pas l’autre comme un objet sexuel.
  • Sois toujours attérée par la bêtise de l’Homme.

Partant de là (on n’ est pas tous prêt d’arriver, hélas ! ) on pourrait croire qu’ Ovidie est une jeune personne un peu pédante, voire à prétentions de « penseuse », voire, allons-y carrément, très très chiante.

Que nenni ! Elle a, en vrac, de l’humour, un joli rire, des gestes de suricate (si si, c’est gentil comme comparaison, ça vit même en matriarcat, vous pouvez vérifier…) une discrétion à tout épreuve (ça, je l’ai vérifié moi-même, vous pouvez me croire sur parole), de la constance dans ce qu’elle entreprend, de la fidélité en amitié.

Si vous me suivez encore, vous pouvez me rétorquer : « Tu causes, tu causes, mais franchement, t’as pas des anecdotes croustillantes ? Le genre un peu cul, si tu vois ce que je veux dire… »

Je réponds franchement que je suis incapable de voir les dires, donc je brise là, n’ayant pas saisi le sens de votre question, et vlan…

Ah, si ! En fait, ça me revient (une anecdote cul sur Ovidie, vous me suivez toujours ?) :
Ovidie, hé ben, elle en a un super, de pétard… Ca aussi, vous pouvez vérifier facilement, comme pour les suricates qui, eux, n’ont pas un joli fessier mais qui s’en fichent globalement… Alors, heureux ?

Après cet intermède grivois ( Ovidie, je te présente mes confuses ), revenons à nos moutons, sans perdre de vue qu’ Ovidie n’en a pas du tout la mentalité – du mouton – bien au contraire.

Vous suivez encore et toujours ? Vous n’avez pas perdu le fil ? Bravo, un peu de courage, vous et moi sommes dans la dernière ligne droite.

LA DERNIERE LIGNE DROITE :

Remarquez, j’aurais pu écrire aussi : « EN CONCLUSION », mais Ovidie, ce n’est pas un sujet qu’on puisse traiter rapidement. Je me réserve donc, avec ce stratagème, la possibilité de revenir dessus. Quelle habileté, n’est-il pas ? Quoique, Ovidie ne soit pas un sujet mais bel et bien une reine dans le domaine qu’elle a fait sien.

Trêves de billevesées, cessons les coquecigrues : Ovidie, c’est du béton. Armée pour réussir, à sa manière et hors des sentiers battus, c’est une personne à suivre dans tous ses avatars.

Suivez-là donc.

Mais pas trop près, s’il vous plaît : Elle a besoin d’espace, de temps, parfois de solitude. Ne serait-ce que pour continuer son chemin, et peut être même, rêver, pourquoi pas ? A une société idéale où vous, elle et votre humble servante, serions en liberté….

De:
Date: avril 4, 2021
Actors: Ovidie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =