Expo Photo – Plateaux de tournages / Empty porn sets by Jo Broughton

0 vues
Balloons set from Empty porn set series

Aujourd’hui, nous vous faisons découvrir le travail d’une artiste atypique … Jo Broughton … une britannique rapidement émancipée et surtout passionée de photographie ! Elle rencontre à ses débuts un photographe qui la choisi comme assistante. Elle découvrira que celui-ci évolue dans le porno

Elle commence à réaliser ses images en 2001, tout en étant étudiante au Royal College of Art et en finançant ses études comme femme de ménage dans ce studio de photos pas comme les autres.

Mais … elle aussi s’intéresse plus aux coulisses du X… et c’est avec le Behind-The-Scenes que Jo va s’épanouir… C’est lorsque tout est calme et que les acteurs sont partis qu’elle va s’essayer à photographier les plateaux et les décors vides des tournages pornographiques. Le contraste entre cette industrie frénétique et les coulisses cheap et d’un goût douteux l’inspire. Elle s’attachera aux détails pour évoquer la vie toride de ces lieux … Un gode qui traine, du lubrifiant, et d’autres accessoires qui rendent la pornographie plus vulgaires et grossières sans corps nus.

Nous vous proposerons ci-desous une sélection de ses clichés réalisés entre 1995 & 2007. Mais également la traduction d’un portrait publié sur le site Grant.com

Les parents de Jo Broughton étaient «trop occupés à s’entretuer», dit-elle, pour savoir où elle allait quand elle s’est enfuie de chez elle à l’âge de 17 ans. À l’école, elle avait mal performé, souffrant de dyslexie et de bégaiement – mais son don pour le dessin offrait un certain soulagement. Cependant, elle risquait toujours de mettre en colère son père, qui «méprisait» son intérêt pour l’art. «Il avait cette attitude ouvrière selon laquelle il faut trouver un emploi pour assurer la sécurité et se marier. Policier ou fleuriste ou quelque chose comme ça. » Elle soupçonne qu’il y avait« beaucoup de peur » dans son objection à son art. Elle a fini par continuer en secret : «Je le faisais toujours au fond de mon placard… J’étais assis là pendant des heures, enfermé, à faire des photos.»

Elle a donc décidé de quitter le logement familial et est allée à Londres, où elle décroche un travail d’assistante dans un studio de photographe. Ce n’est qu’en arrivant au studio qu’elle a réalisé de quel genre de photographie il s’agissait ! Le studio produisait à la fois des films et des photographies pour des magazines … tous pornographiques.

Jo Broughton

Jo Broughton était alors sans abri, elle a commencé à vivre dans le studio et à y travailler. Cette immersion accidentelle mais totale dans l’industrie explique sa position sans engagement sur la pornographie elle-même – tout comme sa relation avec le réalisateur du studio Steve Colby. Il était son patron, dit-elle, « mais aussi mon mentor et ami. J’ai commencé à développer mon propre travail grace au sien, alors comment pourrais-je le juger pour cela? ». Elle a comparé l’atmosphère du studio à celle d’une famille et reconnaît à quel point cela a aidé sa carrière.

Elle garde les nombreux cahiers, photographies, croquis et peintures de l’atelier dans une pièce exiguë de son appartement de Hampstead – la seule pièce de l’appartement qui est interdite à son fils d’un an. Il y a aussi un service à thé en papier mâché. À l’extérieur, elle a peint des modèles en sous-vêtements, avec des taches de graisse sur les lèvres, dans des poses pornographiques. Regardez à l’intérieur de la théière ou d’une tasse, et les sous-vêtements sont partis, les poses encore plus extrêmes. Le passage de Jo Broughton au studio porno semble une marque indélébile : presque tout son travail a été soit fait à cette époque, soit inspiré par celui-ci.

La vie au studio n’aurait pas pu être plus éloignée de celle qu’elle avait fui : c’était un lieu où la liberté et la permissivité étaient la règle. […] Son travail principal était de faire du thé pour les acteurs et l’équipe, mais elle devait également nettoyer les décors – et les jouets sexuels – après utilisation…

Jo Broughton

Broughton a tenu un journal de bord pendant ses trois années au studio. Il exprime un besoin urgent d’enregistrer l’expérience, de la traiter : il y a des rapports griffonnés de conversations, des réflexions sur l’expérience et des aquarelles vives des tournages. Ils reflètent l’étrange mélange d’amusement, d’excitation et de dégoût que Jo Broughton ressentait. Il y a des réserves sur les affaires de Steve, de la pitié pour certains de ses participants volontaires – mais aussi un sentiment d’énergie et de plaisir qui s’en dégageaient. Elle rit maintenant en se souvenant de Keith, un autre assistant, qui avait l’habitude d’amener son chien au studio dans un panier … des réminiscences de Steve sur la guerre … de déjeuners avec des modèles nus. (Pour éviter les marques de vêtements sur la peau, ils doivent être nus pendant au moins une demi-heure avant la prise de vue.).

Jo Broughton

En travaillant au studio, Jo Broughton a vu non seulement les actrices, mais aussi avec qui elles sont venues. « Parfois, les filles se présentaient avec leur mère. Et la mère faisait le shooting pour les plus de 40 ans et la fille le faisait pour les plus jeunes magazines. ». Certaines filles avaient été initiées à l’entreprise par leurs petits amis … qui s’asseyaient à côté, regardant le tournage.

C’est donc en nettoyant après les tournages que Jo Broughton a commencé à s’intéresser aux décors eux-mêmes : bien que rénovés et décorés avec une créativité infatigable, une fois les lumières éteintes ils paraissaient toujours vides et usés, hantés par les débris de la journée. Dans les images […] l’impact est dans le détail. Comme décor de sexe, un sol recouvert de ballons ou d’énormes cadeaux attachés avec des nœuds peut être amusant au début. Mais cela est compliqué par la preuve sans joie de l’acte lui-même – une preuve qui se trouve tranquillement dans les coins des photographies, dépouillant le sexe de son intimité plus efficacement que toute pornographie. […]

De:
Date: mai 1, 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 10 =